poules les meilleures races d'après Terre vivante

Publié le par poulescoqsnormandie

http://www.terrevivante.org/images/SIT_TERVIV/logo.png

 

POULES : LES MEILLEURES RACES (1/3)

© Joël Valentin
legende© Joël Valentin
Il existe de nombreux arguments qui plaident en faveur de l'élevage des races traditionnelles. Rusticité, goût de leur chair ou de leurs œufs, esthétique…, toutes les poules que vous trouverez ici répondent à ces critères. Suivez le guide, pour ce premier épisode d'une série de trois articles !

Voici quelques raisons pour lesquelles l'élevage de races traditionnelles s'impose :

  • les races récentes que vous trouverez sur les marchés ont été sélectionnées pour des conditions d'élevage professionnel. Avec tout ce que cela peut entraîner comme conséquences possibles en termes de pathologies particulières !Les volailles traditionnelles (comme la Lyonnaise, ci-dessus) sont les mieux adaptées, grâce à une patiente et longue sélection, à l'élevage fermier et donc aux conditions de votre élevage amateur.
  • Ces volailles seront, de ce fait, plus résistantes aux agressions diverses, ce qui est déterminant en élevage bio.
  • Elles ont, dans le contexte d'un élevage familial, des taux de ponte égaux aux obtentions récentes tandis que, d'un point de vue gustatif, elles sont la plupart du temps nettement meilleures.
  • Les volailles de races traditionnelles sont plus belles : cela comptait autrefois à la ferme bien plus qu'aujourd'hui dans l'industrie, ce qui se comprend !
  • Et puis, si les lecteurs de terrevivante.org ne se mobilisent pas pour défendre la biodiversité des races domestiques traditionnelles – si riche en France et pourtant en danger –, qui le fera ?

La Géline de Touraine

© M. Chanteraine© M. Chanteraine
Une des toutes meilleures ! La race est plutôt récente, elle a été créée au début du XIXe siècle à partir d'une petite poule noire autochtone. Son standard date de 1913. Elle est de taille moyenne, 3 kg à 3,5 kg pour le coq adulte ; 2,5 kg à 3 kg pour la poule. Elle fait partie de ce qu'on appelle les "volailles à deux fins" car c'est une très bonne pondeuse, environ 150 œufs de 60/65 gr par an dans un élevage familial, et sa chair est particulièrement fine, compacte, délicieuse. Le coq, tout comme la poule, est noir. La poule est un peu plus terne que le coq, dont le plumage possède des reflets verts. Caractéristiques de la Géline, les oreillons rouges, tant pour le mâle que la femelle, sont discrètement sablés de blanc au centre.C'est un animal très autonome, qui se procurera une grande partie de son alimentation dans la nature.

La Faverolle

© Joël Valentin© Joël Valentin

Claire ou foncée, elle sait qu'elle finira sur les plus belles tables tant elle est appréciée. Peu rancunière pour autant, elle est très familière. Dans vos bras, loin de s'affoler, elle ou son compagnon vous feront un brin de causette en picorant ici un bouton de chemise, là le bout de votre nez.Le coq est un des plus beaux spécimens des basses-cours françaises. Et l'un des rares à avoir choisi un costume tout à fait différent de celui de sa compagne : son camail blanc aux reflets paille, parsemé de quelques aigrettes noires, tombe sur un paletot noir aux nombreux reflets bleus, violets et fauves. Tandis que Madame, tout de blanc vêtue sur la poitrine, endosse un petit gilet saumoné très seyant. Un toupet de plumes sous le bec, en guise de nœud papillon, les fait ressembler à des hiboux. Il fait la renommée des Faverolles et les rend reconnaissables entre toutes. Autant de qualités se payent par de bien petits œufs, de 55 grammes environ.

La Nègre Soie

La Nègre Soie est fondante. Elle a juste ce qu'il faut de grammes en trop pour quitter la catégorie des naines et flirter avec celle des grandes. Entre autres originalités, Madame n'a pas le même plumage que ses congénères. Elle se pare de différentes couleurs, mais c'est du blanc de la mariée qu'elle est le mieux apprêtée.Et si ce n'était l'aspect général, elle serait plus proche du lapin angora, car tout aussi douce !Petite huppe, oreillons bleu turquoise, cette soyeuse Asiatique passe une grande partie de sa vie au nid où elle couve, jusqu'à la démesure, tous les œufs qu'on veut bien lui offrir. De ce fait, elle pond très peu elle-même. Elle a un caractère bien trempé, et son vocabulaire s'étend à des gammes ignorées de ses consœurs des autres races. Dérangez-la sur son nid et elle vous tiendra tout un discours qui laissera peu de doute sur son mécontentement ! Se sachant belle à croquer, elle s'est armée d'une peau et d'os de couleur noire, afin de tenter de rebuter les gourmands. Hélas pour elle, les gourmets n'en sont pas dupes et la savent délicieuse.

La Bresse gauloise

© Joël Valentin© Joël Valentin

Noire, grise, bleue, blanche, la Bresse gauloise est l'un des fleurons de la volaille française. Une race assurément des plus anciennes et parmi les meilleures d'un point de vue gustatif grâce à sa chair fine qui se prête bien à l'engraissement final. C'est aussi une excellente pondeuse (surtout la Bresse noire) : ses œufs à coquille blanche font 60 g et plus. Elle aime les grands espaces et ne saurait donner le meilleur d'elle-même enfermée. C'est une excellente voilière, rustique, un peu sauvage. Son poids se situe entre 2 et 2,5 kg. Son compagnon affiche quant à lui 500 grammes de plus sur la balance.Autre particularité : du fait des lois de 1936 et 1957 qui ont fixé l'aire et les modes d'élevage de la volaille de Bresse, il est interdit de l'appeler ainsi en dehors d'un périmètre défini. On l'appelle donc gauloise hors de son camp retranché, sans avoir demandé son avis au coq gaulois, presque disparu à l'époque où ces lois furent votées, mais qui fait un timide retour.

Maxime Chanteraine, collaborateur des4 Saisons du jardin bio

Les 4 saisons du jardin bio, édité par Terre vivante, est le magazine leader en jardinage bio depuis plus de trente ans. Il s'appuie sur l'expertise de journalistes et de praticiens du jardinage, de l'alimentation et de l'habitat écologique, et sur des échanges constants avec ses lecteurs. Ceux-ci participent notamment à des essais et expérimentations, menés en parallèle au Centre Terre vivante.

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre J'éleverais bien des poules ! J'éleverais bien des poules ! 
Michel Audureau

Vous avez toujours rêvé d'avoir quelques poules pondeuses ou d'élever ces volailles pour leur chair ? Comment acheter les meilleures races de poules, démarrer un élevage, choisir le matériel et les aliments bio, prévenir les maladies ? Cet ouvrage vous donne toutes les clés pour réussir votre élevage 100% bio !
Feuilleter le catalogue

Commenter cet article