la reine des Gournay, poule normande

Publié le par poulescoqsnormandie

 

LA GOURNAY

18MAI

 La légende raconte que, peu de temps avant la révolution française, une paysanne brayonne avait recouvert ses poules blanches de suie noire afin que le seigneur local les confonde avec des corbeaux.

 Elle évita ainsi de payer la rente féodale. Quelques jours plus tard, la neige se mit à tomber sur le pays de Bray et découvrit par petites taches, le plumage blanc dissimulé. La race de Gournay était née

Différentes thèses s’affrontent à propos des réelles origines de cette race ancienne. Si certains y voient le résultat d’un croisement entre une race asiatique et française, d’autres, beaucoup plus nombreux, pensent que la Gournay tient ses racines du groupe de volailles  » Néerlando-Normands « , la poule Orusthöna de suéde ( la ou l’année se divise en deux saison été et hiver)  y resemble étrangement, cela pourrai etre un « cadeau d’arrivée » des  invasions vinking … C’est avant tout une excellente race de ferme, très robuste, bonne pondeuse,

Son plumage est  noir, caillouté de blanc. 

http://assoperca.files.wordpress.com/2012/05/coq-et-poules-gournay-2.jpg?w=430&h=231

 

 

La variété la plus répandue est à crête simple, mais elle existait en crête frisée.

Le coq fait presque 3 kg (minimum 2,5 kg).

La poule peut peser jusqu’à 2,5 kg

C’est une race très vive qui exploite très bien son parcours où elle trouve une bonne partie de sa nourriture.

Elle convient admirablement à tous les climats, n’étant jamais malade, car elle ne redoute ni le froid, ni la pluie, ni l’humidité constante. Elle s’adapte parfaitement à l’élevage libre. Elle peut, en effet, vivre entièrement dehors, n’ayant pour poulailler qu’un vieil arbre touffu.

C’est une très bonne pondeuse qui peut aller jusqu’à 200 oeufs par an de 60 à 65 gr à coquille blanche .

Les poussins de la race de Gournay s’élèvent avec facilité, ce qui en permet l’élevage sous les climats rudes du Nord, de l’Ouest et de l’Est.

C’est, en somme, une poule pratique, convenant au propriétaire, au fermier voulant des oeufs et de la chair.

 

 

 

 

Commenter cet article